IMAG[IN]ING RACIAL FRANCE


Public_Cultre_23.1_cover

 

 

Titre: Imag[IN]ing Racial France

Publié avec: Public Culture Volume 23 Nr.1

Date de sortie: mai 2011

 

 

Quatre essais photo de la plume de Dominique Malaquais, sur les artistes SPARCK Kakudji, Mowoso, Hervé Youmbi et Malam paraissent dans le numéro 23, 1 (Hiver 2011) de la revue Public Culture. Il s’agit d’un numéro special de la revue dirigé par la chercheuse Janet Roitman.

 

Imag[IN]ing Racial France: Take 1 — KaKuDji

Le 14 juillet 2010, une troupe d’amazones du Dahomey défilent sur les Champs-Elysées. A leur suite, une longue file de soldats, venus de quatorze pays africains. Elle est belle, la “plus belle avenue du monde”… Le Monde lui-même s’en émeut: en couverture et en couleur, deux représentants des quatorze, que plus d’un soupçonnent d’être des tops models en habit d’armes, choisis, l’un beige et l’autre brun, pour bien souligner que l’emprise coloniale française s’étendaient au nord comme au sud du Sahara. En guise d’explication, sur le site web de l’Elysée, ces mots:

14 pays africains qui célèbrent cette année le cinquentenaire de leurs indépendances [ont] participé au défilé militaire. A travers cette invitation, le Président de la République a voulu exprimer la reconnaissance de la Nation aux soldats venus des anciennes colonies, qui ont combattu pour notre liberté.


take-1-kakudji_img_0border take-1-kakudji_img_1border take-1-kakudji_img_2border

Images © Kakudji

http://publicculture.org/articles/view/23/1/imagining-racial-france-take-1-kakudji

 

 

Imag[IN]ing Racial France: Take 2 — Mowoso

En transit entre Kinshasa (RDC) et Paris, Mowoso explore le monde du mikilisme.

Mowoso [Mo-wô- sô; en lingala (RDC), bruissements variés, du frémissement du vent dans les feuilles au couinement d'un disque dur qui s'apprête à lâcher prise]: réseau expérimental et transdisciplinaire de créateurs qui se rejoignent quand le lieu, l'heure, le désir et la nécessité les appellent à le faire, afin de développer ensemble une esthétique de l'engagement politique.

Mikili [Mi-qui-li; en lingala, dérivé du terme mokili, "monde"]: espace tiers hybride localisé en Europe de l'ouest. Des milliers de congolais tentent d'en rejoindre la capitale, Paris, chaque année, en vrai comme en rêve.

Mikilisme [Mi-qui-li-sme]: nombreuses pratiques (façons de s'habiller, se déplacer, bouger et, de manière plus générale, communiquer, manger, boire, gagner et dépenser l'argent) élaborées en réponse au rêve (et au cauchemar) de la rencontre avec Mikili.

 

take-2-mowoso_img_0 take-2-mowoso_img_1 take-2-mowoso_img_2

Images © Mowoso

http://publicculture.org/articles/view/23/1/imagining-racial-france-take-2-mowoso

 

 

Imag[IN]ing Racial France: Take 3 — Hervé Youmbi

Comme la plupart des histoires postcoloniales, l'histoire de (la) France est truffée de fétichismes - fétichisme des produits, notamment. Le désir y est omniprésent: désir de choses (objets, idées, monnaies) et de lieux - avant tout de lieux. Dans les médias (reportages télé, numéros spéciaux de revues, films grand public, campagnes d'ONG - l'intérêt se porte de plus en plus, bien que de manière superficielle, sur des lieux d'Europe et d'Amérique du Nord que les immigrants africains risquent tout pour rejoindre. On est en plein pathos. Peu d'intérêt, par contre, pour d'autres types de voyages: le désir de rejoindre un lieu non parce que des vies en dépendent, mais parce que l'endroit se mue en commodité lui-même. D'autres immigrés - venus d'Asie, par exemple - on dit couramment qu'ils iront loin, que leurs quêtes d'ailleurs sont à replacer dans le cadre de stratégies cohérentes et à long terme, nées d'un désir réfléchi d'améliorer leur quotidien; les Africains, eux, ne sont guère pensés que comme des réfugiés. Qu'ils aient pu choisir, élaborer des plans, n'est que rarement envisagé et, là où c'est le cas, on leur impute des motifs bassement alimentaires. Les Africains se lancent sur les routes (ou encore les mers), nous dit-on, uniquement pour survivre.

 

take-3-herve-youmbi_img_0 take-3-herve-youmbi_img_1 take-3-herve-youmbi_img_2

Portraits © Hervé Youmbi; Images of installation © Kadiatou Diallo

http://publicculture.org/articles/view/23/1/imagining-racial-france-take-3-herve-youmbi

 

 

Imag[IN]ing Racial France: Envoi

C'est là où elle est le moins centrale que la France est la plus cosmopolite. Si la "ville des lumières" est une cosmopolis, c'est bien moins à St German des Près, dans le Marais , sur les Champs ou dans le 16ème arrondissement que dans les banlieues. La, un extraordinaire brassage s'opère qui, mieux que tous les beaux mots, exprime les réalités tangibles de la France postcoloniale.

Pas que tout y soit joie - loin s'en faut. Pauvreté, services peu à même de satisfaire les communautés (logements, transports, action de la police, écoles: tout y va mal) et un nombre incalculable de rêves brisés sont le lot quotidien de cet hors-Paris. Et pourtant, la banlieue vibre. Ne pas le reconnaitre reviendrait à raconter des sornettes. Un nombre incalculable de langues; de cuisines; de poésies et de musiques; de modes; de senteurs et de versets sacrés; de noms; de coiffures; de gestes; de manières de se dire bonjour et au revoir; de diplômes universitaires délivrés de Bahia à Lahore, Tallinn et N'djamena; de call centers qui font e trait d'union entre Bobigny, St Denis, Mantes-la-Jolie et des villes à l'autre bout de la planète... Au-delà du périphérique, c'est là que ça bouge. Pas joyeusement, on l'a dit, mais en pleine ébullition, quoi qu'en aie la France bien pensante. Nulle part cela n'est aussi clair que dans l'explosion artistique qui s'y fait sentir. Ici s'épanouissent créateurs solo et collectifs, lieux qui conjuguent art et activisme, espaces d'enseignement, certains  éphémères, la plupart oeuvrant sans aucune reconnaissance du centre auto-proclamé, mais infiniment plus au fait de ce qui importe `a l'échelle globale en ce début de 21ème siècle que les quartiers chics qui attirent la jet set de l'art.

Cet envoi braque les projecteurs sur une brochette de projets - quelques uns parmi beaucoup - qui disent toute l'énergie de la vie au-delà du périph. Regard sur deux espaces: le 93 et le 78.

 

take-4-envoi_img_0 take-4-envoi_img_1 take-4-envoi_img_2

Image left © Paulo Woods; Image centre and right © Christopher Moore / Sol Productions & Nomadic Wax

http://publicculture.org/articles/view/23/1/imagining-racial-france-envoi